Aventure de Sainteté avec le Curé d’Ars

 

Cette Année placée sous le signe du témoignage est l’occasion pour nous, de partir à la découverte de témoins particuliers dans la foi. Il est certain que dans la grande histoire qui lie l’homme à Dieu, il a fallu de grands témoins pour que l’espérance demeure toujours, que la Foi se transmette inlassablement et que la Charité brille encore dans l’obscurité de ce livre.

Pour ce point de départ, nous avons eu le sentiment de commencer avec le témoignage de la vie du Saint Curé d’Ars, saint Jean-Marie Vianney. Et même si, nous avons eu du mal à nous décider, c’est encore une fois, un désir de Dieu que de nous pencher sur sa vie quant au 1er Janvier, Lulu l’avait choisi comme Saint Patron, de même pour la maman de Valou.

L’histoire du Saint Curé d’Ars n’est pas un témoignage du Passé, c’est surtout pour vous et nous, une aventure de foi d’Aujourd’hui.

Jean Marie Vianney n’avait rien des grands de ce monde, c’était un homme simple, voire même un peu simplet pour ses contemporains compte tenu d’un manque d’instruction primaire. Mais il avait beau ne pas avoir les sciences de son temps, son cœur renfermait un désir : celui d’un amour qui ne lui a jamais permis d’abandonner son rêve. Car pour lui, le séminaire fut le rêve, cheminer pour donner sa vie au Christ. Bien sûr il n’a pas été épargné d’épreuves, l’esprit de désespérance a mis à mal quelquefois sa vocation. Vers les années 1830 surtout, l’envie de quitter sa fonction de peur que son ignorance soit son péché capital et que par conséquent tout ceux qui reçoivent de ses mains les sacrements soit condamnés, il n’a qu’une seule envie tout quitter et prier pour les pécheurs.

Sa vie est une vraie inspiration car dès l’enfance, de sa mère, il apprend en la regardant la joie de l’amour de Dieu, la paix de la piété, la force de la prière et du jeûne. Son amour pour Dieu est si visible et les témoignages relatifs au zèle de sa pastorales si nombreux que nous ne pourrions en faire qu’un seul article. Pour aujourd’hui et pour débuter cette année, nous avons quatre passage écrit ou rapporté du saint curé que nous voulions mettre en avant pour nous aider à vivre notre vocation de fils et fille du Dieu d’amour.

Saint Jean Marie Vianney, église de la Salette à Paris

Au lieu dit de la rencontre avec le petit berger Antoine Givre, le Saint Curé lui demanda son chemin. Il lui répondit :

Cette rencontre est simple, toute simple et la première partie de cette rencontre est ordinaire. Une question, une réponse et merci au revoir. C’est ainsi que nous fonctionnons dans cette vie où tout va vite. Cette histoire me rappelle toujours celle du prochain ( Lc 10, 25-37) comment se fait-on proche les uns des autres ?!? Dans notre attitude qu’est-ce qui parle de notre identité de chretien. Ce n’est pas du prosélytisme, il lui propose aussi un chemin, un moment, une vie. Ce n’est pas du prosélytisme non plus de notre part de proposer une bénédiction (dire du bien ) plus qu’une réponse à celui qui est tout proche. L’exemple est simple, tradition antillaise au travail ou entre amis chaque fin de service je dis « À demain si Dieu le veut » petit rappel qui parfois interrogé ou amuse. Mais qu’importe le plus important, c’est chaque jour se rendre compte que par nos actes, nos paroles oui nous avons et nous pouvons montrer le Ciel à nos frères et sœurs humains

Jean Marie Vianney avait un visage tout illuminé quand il priait, tant et si bien que nombre de gens le pensait Saint ou illuminé de son vivant. Mais cette phrase qu’on lui prête est un témoignage d’amour envers Dieu qui tient à notre Bien en toute choses. Dans la prière, il y a une vraie expérience de beauté et de paix à expérimenter. La réalité que nous vante le Monde n’est souvent qu’une manière de voir le Monde à moitié vide , à moitié cassé, à moitié fini, rien qui ne réveille une espérance durable. Alors oui, nous sommes vraiment tentés de le prendre au mot, regarder le monde, nos prochain, notre vie par le Saint Esprit. Car cela nous laisse entrevoir non une naïveté ou une faiblesse mais un regard emprunt de miséricorde qui loin de juste prendre pitié, aime en agissant, compatit en soutenant, intériorise en grandissant.

L’Esprit Saint est sensoriellement l’expérience de Dieu la plus simple à vivre alors si on se laissait embrasé par lui pour demeurer simplement en sa présence, nous trouverions dans ce qui nous entoure bien plus de joie que par nous même.

 

« Je l’ai aimée avant de la connaître, c’est ma plus vieille affection. »

Saint Jean Marie Vianney

Certains le savent, Marie n’a pas toujours était une compagne d’ADF, pas que nous ne l’apprécions pas mais nous ne comprenions pas la dévotion à elle. La peur de tomber dans une idolâtrie de cette femme ou de perdre de vue Jésus à travers sa mère. Pourtant le saint Cure d’Ars le dis bien, Marie est sûrement l’une de nos plus vieilles affections parce que en vrai c’est assez simple en grandissant de lui apposer le sentiment d’amour filiale que nous avons pour nos mères à celle que Jesus lui-même nous donne pour mère. Chanter Marie est l’une des premières choses que l’ont fait, dans l’inconscient collectif de l’Eglise c’est sûr si tu as une demande au fils confie la à Marie, elle intercèdera pour toi. Et pour nous cela s’est vérifié, trouver Dieu véritablement de la prière, c’est passé en observant Marie, en s’inspirant d’elle, en aimant notre Copine. Elle est comblée d’Esprit Saint, comblée de grâce dira l’ange, aucun étonnement qu’elle puisse obtenir pour nous de Dieu, les grâces dont nous avons besoin.

Voici les copains, trois tranches de vies que nous pouvons garder pour débuter cette année par celui qui fut désigné Saint Patron des Curés de l’Univers par le pape Pie XI en 1925. Et comme aucune expérience de Dieu ne reste sans fruit, pour cette année qui vient de reprendre, nous avons une invitation à prendre ou garder Marie comme compagne de route, à prier l’Esprit pour que nos regards soit ceux de Dieu afin de chaque jour proposer à ce Monde le chemin du Ciel.

C’est une sacrée ambition, mais si Dieu a fait d’un Homme Simple, un si grand Témoin n’ayez crainte il nous accompagne et comme toujours n’oubliez pas :

Dieu est bon, En tout temps.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :