Mon coin-prière

En ces jours-là, Jésus s’en alla dans la montagne pour prier,  et il passa toute la nuit à prier Dieu. »
Luc 6, 12

Plusieurs fois dans les Écritures, il nous est dit que Jésus se retire pour prier. On le retrouve parfois sur une montagne pour prier. La montagne symbolise le fait d’élever son âme vers Dieu. C’est l’une des premières attitudes que nous devons apprendre. Nous ne pouvons pas prier dans le brouhaha, aussi bien extérieur qu’intérieur. Nous avons besoin de silence, de nous mettre en présence, de nous décentrer de nous-mêmes pour nous recentrer sur Dieu. 

Nous n’avons pas tous de montagnes chez nous, mais nous pouvons en créer une – quand je dis montagne, je fais référence à ce lieu où chaque jour, comme Jésus, je vais pouvoir me retirer pour prier. Nous devons avoir un endroit dans notre maison pour la prière. C’est d’autant plus vrai pour les enfants. Dans ma classe par exemple, les espaces sont bien matérialisés : la bibliothèque, les jeux, l’espace de travail, la peinture. A la maison aussi, il y a la chambre pour dormir, le salon pour être en famille, la cuisine pour manger. Où est notre lieu de prière à la maison ?

Le coin-prière n’a pas besoin d’être grand, il peut être dans le salon ou dans la chambre, sur une petite table de chevet ou sur un meuble du salon. Que trouve-t-on dans un coin-prière ? En général : un crucifix, une icône de la Vierge Marie (ou d’autres saints), la Bible, une bougie, un livre de prières, un chapelet. Le coin-prière n’est pas fixe, au contraire il est modulable en fonction de nos envies et de la liturgie. Ainsi, par exemple, pendant l’Avent (préparation à Noël), le coin-prière peut être au pied de notre crèche ; pendant le Carême, on peut prier davantage devant le crucifix. Pendant telle ou telle neuvaine, on peut disposer une image particulière (Jésus miséricordieux…).